ŒNS

Club d'œnologie de l'ENS et l'ENC


Château Chérubin

Description de la séance

Venez découvrir la verticale d\'un tout nouveau domaine bordelais qui monte en puissance : le château Chérubin.

Liste des vins

Compte-rendu de la séance

Après avoir reçu Château Margaux et avant de recevoir Château Lafite Rothschild, nous restons dans la région de Bordeaux et plus précisément sur le côté sud-ouest de la colline de Saint-Emilion avec Château Chérubin. Nous accueillons cette semaine son propriétaire, Bertrand Bourdil qui, après avoir travaillé près de vingt ans pour Château Mouton Rothschild, a acquis son domaine de deux hectares en 2005 pour mettre son savoir-faire au service de ses propres vins.
Petit rappel sur les cépages autorisés à Saint-Emilion: ils sont au nombre de six. Car si merlot, cabernet sauvignon et cabernet franc représentent la quasi-totalité de l'encépagement de l'appellation, on peut aussi retrouver du petit verdot, du malbec (typique de l'Argentine) et du carménère (maintenant très présent au Chili, mais aussi au nord de l'Italie).
Passons maintenant à la verticale de l'ensemble des cuvées de Château Chérubin.


Château Chérubin, 2010

Composé à 73% de merlot et 27% de cabernet franc, cette cuvée ne sera sur le marché que dans quelques mois. Ce millésime a bénéficié d'un bel été avec une forte chaleur.
Le premier nez est frais, avec de la noix de coco et de la mie de pain. Le second nez est chaud et est fidèle à la météo, les fruits rouges dont la fraise sont enrobés dans des effluves boisés, de caféiné et de pruneaux. La bouche possède des tannins bien pointus, apportant une certaine acidité. Sont à noter une belle structure et une belle longueur, avec de la rondeur aussi.
Cette bouteille a tendance à être un peu fermée encore, ce qui n'est pas un problème puisqu'elle ne sera pas servie en restauration avant 2-3 années.

Château Chérubin, 2009
Composé à 69% de merlot et 31% de cabernet franc, ce millésime est extraordinaire au niveau météorologique, avec ce qu'il faut de Soleil et d'eau.
Le nez est moins frais que 2010, mais plus animal et on sent de la cerise confite. Le cabernet franc affirme mieux sa force aussi. En bouche, les tannins sont fins et certainement plus fondus que sur 2010. Dégustés en parallèle carafé et non carafé, l'aération n'apporte pas de surprise, mais renforce l'équilibre déjà présent: la structure tannique laisse plus de place aux fruits et à la fraîcheur acide.
Sublime bouteille, avec un très beau potentiel de garde!

Château Chérubin, 2008
Composé à 67% de merlot et 33% de cabernet franc. La météo a été particulière avec un printemps frais et pluvieux, ce qui a repoussé le début des vendanges à début octobre.
Le nez est très complexe: après une impression iodée, on ressent un peu de lacté, des notes épicées aussi (poivre). La fraise des bois, la mûre et la myrtille sauvage se partagent le bouquet fruité du nez, et s'y rajoutent des touches musquées. En bouche, les tannins sont bien fondus, avec une finale caféinée.
A l'heure actuelle, c'est la bouteille la plus agréable de la verticale, un petit bonheur!

Château Chérubin, 2007

Composé à 67% de merlot et 33% de cabernet franc. Ce millésime a connu un été un peu frais en comparaison des années avoisinantes, mais sans plus de particularités.
Ici encore, on déguste une bouteille carafée et une non carafée. La seconde garde ce côté un peu iodé quand la première s'affirme plus pleinement. Le nez se permet quelques douceurs comme des senteurs de noix de coco, ainsi que de chocolat. La bouche est plus acide que 2008, et les tannins sont moins bien structurés (même si l'on remarque bien que le cabernet franc a repris ses droits sur le merlot) mais cela reste harmonieux et plein de mâche.

Château Chérubin, 2006
Composé à 67% de merlot et 33% de cabernet franc. Le millésime a connu une très belle météo sur toute l'année mise à part une petite frayeur en septembre avec une grosse pluviométrie.
Par rapport à 2007, le nez est plus généreux est moins musqué, mais plus iodé aussi. La bouche est plus chaude, mais garde tout de même de la minéralité. Les tannins sont bien fondus, semblables à ceux de 2008.


La verticale s'est donc terminée par la première bouteille de Château Chérubin. Au vu de la qualité des vins dégustés ce soir, c'est sans surprise que la cote de ce domaine croît sans cesse depuis sa création. Attention, entre six mille et huit mille bouteilles seulement sont produites par an!
Nous remercions Bertrand Bourdil pour cette séance qu'on a la délicieuse impression d'avoir pu apprécier en avant-première.