ŒNS

Club d'œnologie de l'ENS et l'ENC


Château Margaux

Description de la séance

Liste des vins

Compte-rendu de la séance

Pour la dernière séance de 2014, nous avons le privilège d'accueillir le prestigieux Château Margaux avec son directeur commercial Aurélien Valance. Premier Grand Cru classé dans la classification des vins de Bordeaux de 1855, Château Margaux est implanté à Margaux, dite la Versailles du Médoc.


Pavillon Blanc 2012
Anciennement dénommé Château Margaux Vin blanc de Sauvignon, ce dernier est passé en second vin (blanc!) du Château Margaux dans les années 20. Aussi, bien que 150 pieds de sémillon aient été plantés un jour par mégarde sur le domaine, tout ce qui entre dans la composition de Pavillon Blanc est du sauvignon.
La robe est claire, le nez est un peu minéral, avec une touche de noix de muscade, mais surtout est très fruitée (citron, orange fine) avant de se refermer un peu avec des arômes de fût (ce qui n'est pas étonnant vu que l'élevage se fait pour le quart en fût neuf). En bouche, l'attaque est herbacée dès le premier contact avec les lèvres, elle est vive et fraîche. Le tout est dominé par des senteurs d'abricot.

Pavillon Blanc 2004

Une autre information sur Pavillon Blanc: pas de fermentation malolactique pour en conserver la fraîcheur.
La robe est joliment dorée pour ce vin qui a maintenant dix ans. Le nez respire le sous-bois, les herbes et la girofle. La bouche est très grasse, on est submergé par de l'amande beurrée, c'est très agréable. Une pointe d'acidité et d'amertume (faisant penser à de la coque de cacao) équilibrent la bouche. Le nez s'en va ensuite sur la croûte de pain, avec une once de brioché. Il reste ensuite bien ouvert sur le fruit blanc, et s'accompagne de notes caramélisées.

Margaux du Château Margaux 2009
C'est le troisième vin de Château Margaux, et depuis 1920 c'est la première fois qu'un nouveau vin est introduit. Ce dernier est réservé au marché traditionnel (France, USA, UK, Japon), et uniquement à la restauration (sur 60 tables en France).
Composé à 50/50 de cabernet sauvignon et de merlot, la robe est un peu métallique et commence à perdre de son violacé. Le nez évoque bien entendu les fruits noirs, mais ce n'est pas envahissant, on sent une appétissante omelette épicée. La bouche est caféinée, un peu alcooleuse mais les tannins sont tendres et bien fondus. Une belle structure et un bel équilibre déjà trouvés, on a du mal à croire que c'est un troisième vin.

Pavillon Rouge 2010
Avant 1906, ce dernier portait le nom encore plus explicite de Château Margaux Second vin.
L'année 2010 a connu une météo fraîche et il figure parmi les rares Bordeaux à titrer au-dessous de 14° cette année-là.
Composé à 66% de cabernet sauvignon, 30% de merlot et 4% de petit verdot, on sent avant tout des fruits noirs, un peu caféinés. Les tannins sont bien fondus mais c'est tout de même sur eux que se portent l'attaque en bouche. Le tout est en place, et s'il est encore très jeune, on sait déjà avoir affaire à une bouteille raffinée.

Pavillon Rouge 2000
On continue cette mini-verticale du second vin de Château Margaux avec dix ans de bouteille en plus.
Le nez est ici cacaoté, et les raisins bien mûrs lors des vendanges se laissent apprécier par des arômes un peu épicés. On observe de plus la présence de parfums marins comme des moules sur leur étal, ainsi que des notes empyreumatiques. La bouche est longue, relativement fraîche encore mais l'on sent une petite réserve en mi-bouche. Sans doute les deux heures d'ouverture préalables n'ont pas été suffisantes pour apprécier pleinement ce vin qui réclamait un peu plus d'air.

Pavillon Rouge 1990
Le millésime 1990 est d'une grande maturité, la météo exceptionnelle et les vendanges y étaient précoces (mi-septembre).
Les vingt-cinq ans d'âge font qu'aux notes de fruits se rajoutent des arômes de cuir, de pain bien ferme, mais aussi de fleurs séchées: on comprend pourquoi le domaine est réputé pour être le plus floral de Bordeaux, et on devine la fameuse "rose de Margaux". La bouche présente une belle longueur, avec une petite touche saline: on a rarement goûté une telle élégance et s'il ne perdra certainement rien en bouteille pendant quelques années encore, il est parfait à déguster dès maintenant.

Château Margaux 2004
Enfin, on finit avec le premier vin éponyme de Château Margaux, avec 2004, un millésime classique de Bordeaux. Ce dernier est un assemblage des quatre cépages de Bordeaux (cabernets sauvignon et franc, merlot, petit verdot) mais la composition est tenue secrète.
Le nez intègre du moka, un peu de salinité, mais est toujours aussi floral que Pavillon Rouge. En bouche, la trame tannique est d'une magnifique finesse, avec une extraordinaire persistance, mais surtout un équilibre bien contrôlé. La complexité et l'élégance de cette bouteille l'élèvent au rang de chef d’œuvre.


Cette généreuse sélection de bouteilles nous prouve, s'il le fallait, combien Château Margaux mérite son rang. Nous remercions Château Margaux et Aurélien Valance pour cette séance de prestige en clôture de 2014.